Actualités

12 12 2012

Transport d’animaux vivants vers les pays tiers : des souffrances intolérables


Notre partenaire Animals’ Angels a récemment réalisé une enquête sur les conditions de transport et de manipulation des bovins et ovins entre l’Europe et le Liban. L’association a réalisé et diffusé une vidéo de cette investigation.

 

Un grand nombre de bovins et de moutons sont chaque jour transportés vivants depuis toute l’Europe jusqu’au sud de la France ou de l’Espagne, puis sont embarqués sur des ferrys pour la Turquie ou le Liban. Arrivés à destination, la réglementation européenne sur le bien-être des animaux transportés n’est plus applicable. Ainsi, les animaux y subissent trop souvent des mauvais traitements et sont abattus sans étourdissement.

C’est ce qu’ont pu constater les enquêteurs d’Animal’s Angel au Liban. L’association dévoile dans sa vidéo les conditions intolérables de transport et d’abattage dont ont été victimes les bovins français et ovins espagnols observés au cours de cette enquête. Les moutons étaient transportés à ciel ouvert, ont dû sauter du camion au milieu de gravats faute de rampe de déchargement et été abattus sans étourdissement. Les bovins en provenance de France, quant à eux, ont été débarqués sur un parking non adapté et présentaient des signes d’épuisement. Les images parlent d’elles-mêmes : les scènes inacceptables de ce reportage dépassent l’entendement.

La vidéo de cette enquête peut être visionnée sur Youtube :

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=Fi1iJueFcR8

Depuis la création du Groupement Export France  (GEF) en 2011 porté par l’Association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes (INTERBEV), le nombre d’exportations d’animaux vivants vers les pays tiers n’a cessé d’augmenter ces derniers mois. En effet, il permet de coordonner les moyens et actions de la filière pour le développement des exportations.

Chaque acteur participant à l’exportation d’animaux vivants vers les pays tiers (éleveur, négociant, transporteur) a sa part de responsabilité dans les mauvais traitements infligés aux animaux dans ces pays.

La PMAF souhaite l’arrêt des exportations d’animaux vivants vers les pays tiers, ainsi que la fin des transports longue durée, au profit de l’exportation de carcasses. Nous restons mobilisés sur les routes de France, pour exercer une surveillance active des conditions de transports des animaux.