Actualités

17 03 2015

La PMAF au Salon Primevère


Du 20 au 22 février dernier, l’équipe de la PMAF, accompagnée de 6 bénévoles, s’est rendue au Salon de l’alter-écologie Primevère à Lyon, pour sensibiliser le grand public au bien-être animal.

 

Pour cette 29ème édition du Salon Primevère, la PMAF a misé sur la pédagogie. Avec un atelier de décryptage d’étiquettes, les visiteurs ont pu se rendre compte que les appellations pouvaient parfois être trompeuses. En effet, le marketing use régulièrement de ruses pour faire croire que le produit a été élaboré avec des ingrédients de qualité, notamment en ce qui concerne ceux contenant des œufs. Or, derrière les mentions « aux œufs frais », « de nos régions », « de nos campagnes » ou « recette d’antan » (entre autres) se cache malheureusement une réalité toute autre. D’après Olivier Rudez, chargé de campagnes à la PMAF, « la plupart des produits transformés – biscuits, pâtes, sauces, pâtisseries, plats cuisinés – y compris ceux estampillés « traditionnels », contiennent des œufs de batterie. Ce que je conseille aux consommateurs, c’est de bien regarder les étiquettes. Dès lors que les produits contiennent des œufs, seule la mention « aux œufs de poules élevées en plein air » et le label biologique garantissent que les œufs utilisés proviennent d’élevages respectueux du bien-être animal. »

Une récente étude[1] a récemment mis en avant une utilisation généralisée d’illustrations et de mentions relatives aux conditions de vie des animaux trompeuses sur les étiquettes de divers produits européens issus de l’élevage. Or les consommateurs sont les plus à même d’identifier correctement le mode d’élevage des animaux lorsque celui-ci est clairement indiqué sur les étiquettes. 75% des consommateurs interrogés dans cette enquête se disent favorables à une généralisation du système de codification sur le mode d’élevage, similaire à celui en vigueur sur les œufs, une mesure qui, selon eux, les inciteraient à acheter plus de produits respectant le bien-être animal.

Aujourd’hui en France, 70% des poules pondeuses sont élevées en bâtiments fermés, dans des cages grillagées et en forte densité. La PMAF dénonce depuis de nombreuses années ces conditions d’élevage qui ne respectent pas les besoins comportementaux naturels des poules pondeuses. En 2014, l’association a mené une grande campagne pour demander à la marque Bénédicta d’utiliser des œufs de poules élevées en plein air pour la confection de ses mayonnaises. Si vous ne l’avez pas encore fait, vous pouvez encore signer notre pétition en ligne.



[1]Miles Crosby, Michael Fountain, European Product Labels Research, Avril 2014.