Actualités

27 02 2017

WELFARM et les porcelets investissent le métro parisien


Après la censure de sa campagne d’affichage en septembre dernier dans plusieurs villes de l’Ouest de la France, WELFARM a riposte à l’occasion du Salon de l’Agriculture en s’affichant dans plus de 110 stations du métro parisien du 28 février au 6 mars.

 

Cet évènement s’inscrit dans le cadre de la campagne #COUIC2018 contre la castration à vif des porcelets, pratique subie par 10 millions de porcelets mâles chaque année en France. Moment fort de cette mobilisation : une action de sensibilisation a également eu lieu Gare Montparnasse le mardi 28 février.

#COUIC2018 : où en est-on ?

En mai 2016, WELFARM lançait sa campagne #COUIC2018 contre la castration à vif des porcelets, avec pour objectif de mettre un terme à cette mutilation douloureuse d’ici 2018, date à laquelle les signataires de la déclaration de Bruxelles se sont engagés à renoncer à cette pratique*.

Avec 85% des porcelets mâles castrés sans prise en charge de la douleur, la France fait partie des mauvais élèves

Depuis le lancement de sa campagne et grâce à la mobilisation des citoyens, WELFARM a pu :

  • Alerter et échanger avec 7 enseignes de la grande distribution, 3 abattoirs, 4 marques de charcuterie et 12 représentants de l’élevage. Lors de nos échanges, nous avons rappelé l’urgence de mettre en place des alternatives à la castration à vif
  • Accompagner concrètement des plans de progrès mis en place par 3 de ces acteurs. Parmi ces derniers, l’enseigne Carrefour a déjà annoncé que 50% de la viande de porc Filière Qualité Carrefour est issue de porcs bénéficiant des alternatives à la castration à vif.
Comment accélérer la dynamique ?

La plupart de nos interlocuteurs se sont montrés à l’écoute. Les arguments en faveurs des alternatives à la castration à vif sont en effet nombreux, et offrent des avantages non négligeables pour les professionnels sur les plans économiques, environnementaux ainsi qu’en termes de confort de travail et d’image.

Cependant certains acteurs économiques ont refusé de nous recevoir pour échanger sur cette question. C’est la raison pour laquelle notre campagne se poursuit. Nous appelons aujourd’hui à la mobilisation des citoyens pour les faire changer d’avis.

Vous aussi, agissez en vous rendant sur couic2018.frPlus d’information sur la censure de notre affichage.


*http://ec.europa.eu/food/animals/welfare/practice/farm/pigs/castration_alternatives_en

Revue de presse