newsletter
Découvrez la Hardonnerie, la ferme de WELFARM
NOTRE PAGE FACEBOOK
10 02 2020

L’étiquette bien-être animal se développe et évolue


En septembre dernier, Welfarm s’associait à la première démarche française d’étiquetage du bien-être animal.

 

 

Cette démarche avait été initiée par le groupe Casino et trois ONG de protection animale (CIWF, LFDA, OABA).

Deux nouveaux acteurs majeurs de la distribution viennent d’adhérer à la démarche : Carrefour et Système U. De même, le producteur de volailles Galliance rejoint Les fermiers de Loué et Les Fermiers du Sud-Ouest qui s’étaient déjà engagés à apposer sur leurs produits l’étiquette bien-être animal

L’Association pour un étiquetage bien-être animal (AEBEA), qui regroupe les acteurs précités, a développé un référentiel pour les poulets de chair qui couvre les différentes étapes de la vie de l’animal, depuis la naissance jusqu’à l’abattage, en passant par le transport. Ce référentiel comporte 230 critères qui font l’objet d’un audit externe. L’association proposera très prochainement un référentiel pour les élevages de porcs puis progressivement, pour d’autres filières d’élevage. 

Grâce à l’engagement de l’ensemble des adhérents à l’AEBEA, l’étiquette bien-être animal pourra être déployée rapidement et à grande échelle.  Elle devrait ainsi concerner plus de 80 millions de poulets par an. Cela correspond à environ 10 % de la production totale annuelle de poulets de chair en France.

Outre l’arrivée de nouveaux acteurs dans la démarche, cet étiquetage a connu deux évolutions notables : 

  • l’affichage du mode d’élevage sur l’étiquette sous forme d’un pictogramme (ex : accès à l’extérieur ou élevage en bâtiment) ;
  • une échelle à 5 niveaux (au lieu de 4 initialement), avec la création d’un niveau E.

étiquatage-niveaux (1)

Les trois premiers niveaux A, B et C valorisent des pratiques garantissant une amélioration significative du bien-être animal, ils ont un niveau d’exigence croissant, avec par exemple l’obligation d’un accès extérieur aux niveaux A et B.

Les niveaux D et E informent le consommateur, en toute transparence, que les pratiques correspondent à un niveau minimal réglementaire (E), ou à quelques exigences complémentaires avec une mise en place de plans de progrès (D).

Pour rappel, les poulets Terres & Saveurs du Groupe Casino sont étiquetés depuis décembre 2018 et les poulets fermiers de Loué le sont depuis septembre 2019. Le niveau de bien-être animal sera également prochainement affiché, sur les produits des marques suivantes : poulets à marque Carrefour, Carrefour BIO, Filière Qualité Carrefour, Reflets de France et Premiers Prix, mais aussi Poulets « Gourmet » de Monoprix, Poulets fermiers à marque U, Poulets Nouvelle Agriculture (Galliance), Poulets fermiers du Périgord, Poulets fermiers du Gers, etc. 

L’enseigne Carrefour a par ailleurs annoncé son souhait de proposer à ses partenaires européens de tester la mise en place de cet étiquetage bien-être animal dans leurs pays respectifs. 

etiquette-BEA-poulet

www.etiquettebienetreanimal.fr