Actualités

25 10 2011

Projet de réforme de la Politique agricole commune : le bien-être animal doit être pris en compte


Le 12 octobre dernier, la Commission européenne a présenté un projet de réforme de la Politique agricole commune (PAC) pour l‘après 2013. La Protection mondiale des animaux de ferme regrette fortement que ce projet oublie de prendre en considération la question de l‘amélioration du bien-être animal.

 

Malgré les préoccupations grandissantes des citoyens qui attendent que leur nourriture soit produite sans souffrance animale, l‘Union européenne ne prend pas en compte les exigences du bien-être animal. Le projet de réforme de la Politique agricole commune de la Commission européenne se limite à  une volonté de mise en place d‘une chaine alimentaire plus compétitive et plus équilibrée, sans égard pour la question du bien-être animal. Seule la viabilité de la production alimentaire est considérée.

La Protection mondiale des animaux de ferme se joint à  Eurogroup for Animals et regrette que l‘objectif retenu en 2003 par la réforme de la PAC d‘améliorer le bien-être animal ne soit plus une ambition de ce nouveau projet. D‘autant plus que l'article 13 du Traité de Lisbonne est sans ambigüité sur le statut d‘êtres sensibles des animaux. « Lorsqu'ils formulent et mettent en œuvre la politique de l'Union dans les domaines de l'agriculture, de la pêche, des transports, du marché intérieur, de la recherche et développement technologique et de l'espace, l'Union et les États membres tiennent pleinement compte des exigences du bien-être des animaux en tant qu'êtres sensibles ».

porcs sur la pailleLe cinquième objectif du projet de réforme vise à  l‘établissement d‘une « chaine alimentaire plus compétitive ». De fait, le budget de la Politique agricole commune sera majoritairement consacré aux modes d‘élevage intensif. L‘amélioration du bien-être animal n‘est donc pas au cœur des préoccupations de la Commission européenne qui a raté l‘occasion d‘une position ferme en faveur des animaux d‘élevage. Les seules mesures pouvant améliorer concrètement le bien-être animal restent optionnelles et à  la libre initiative des états membres de l‘Union européenne. Pour le moment, le gouvernement français n‘a pas exprimé de position sur les mesures qui pourraient être prises.

La Protection mondiale des animaux de ferme souhaite que la question du bien-être animal soit davantage prise en compte et que la nouvelle PAC encourage les modes d‘élevage plus respectueux des animaux, tels que l‘élevage de porcs sur paille. Par ses relations institutionnelles avec le Parlement européen et le Ministère de l‘Agriculture, la PMAF fera tout pour faire évoluer ce projet de réforme dans le sens d‘une meilleure prise en compte de la souffrance animale. Les décideurs politiques doivent s‘engager à  nos côtés et reconnaître le bien-être animal comme une demande sociétale incontournable.