Actualités

29 08 2016

#NotFreight : des animaux, pas des marchandises


Dans le monde entier, le 29 août dernier, de nombreuses ONG se sont mobilisées contre les longs transports d‘animaux. A Metz, c‘est WELFARM qui a relayé cette journée internationale. L‘association en a profité pour réitérer son souhait de voir le ministre de l‘Agriculture français rejoindre la coalition de pays européens ayant demandé une révision de la réglementation sur le sujet.

 

Chaque année, plus de trois millions d‘animaux sont exportés des pays membres de l‘Union européenne vers des pays tiers. Ce chiffre est malheureusement en augmentation.

DES CONDITIONS DE TRANSPORT ABOMINABLES

Lors de leur transport, qui peut durer plusieurs jours et s‘étend généralement sur des milliers de kilomètres, les animaux sont entassés dans des camions surpeuplés, ce qui entraîne de nombreuses souffrances. Fatigués, certains animaux ne peuvent pas se coucher, et ceux qui le peuvent sont blessés ou piétinés. D‘autres, subissent le voyage en étant blessés, ou avec une jambe coincée. Ils peuvent être transportés pendant des jours, parfois malgré une forte chaleur. Les animaux sont souvent privés de nourriture, d‘eau et de repos. Leur système immunitaire s‘en trouvant affaibli, la propagation des maladies est de fait facilitée et accélérée. Ils seront nombreux à  mourir avant même la fin du trajet. Les animaux sont des êtres vivants qui ressentent douleur et le stress au même titre que les hommes. Ceux-ci sont pourtant transportés dans des conditions abominables, c‘est la raison pour laquelle WELFARM se mobilise.

REVISER LA REGLEMENTATION REGISSANT LE TRANSPORT DES ANIMAUX

Le transport d‘animaux sur de longues distances doit cesser. Depuis le début de l‘année 2016, WELFARM a formulé une demande auprès du ministère de l‘Agriculture afin d‘obtenir une révision de la réglementation liée au transport des animaux au niveau européen.

L‘Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas, la Suède, l‘Autriche et le Danemark ont déjà  demandé à  la Commission européenne une révision de cette réglementation, demandant une limitation des transports à  8 heures pour les bovins, ovins et caprins, et 4 heures pour les volailles. Plateforme du commerce d‘animaux, la France doit agir.

EN FRANCE, DES CHIFFRES ALARMANTS

La France est le plus gros pays européen exportateur de bovins et le troisième exportateur d‘ovins. Les exportations françaises de bovins vers la Turquie ont augmenté de manière spectaculaire  : plus de 2 000 en 2014 pour atteindre plus de 81  000 en 2015  ! Si rien n‘est fait, nous ne pouvons que nous attendre à  ce que ces chiffres augmentent encore.

C‘est pourquoi, à  l'occasion de cette journée, WELFARM s'est associée à  d'autres associations de protection animale afin de formuler une demande conjointe de rendez-vous au ministre de l'Agriculture, pour qu'enfin des solutions concrètes voient le jour.

Vous n'avez pas pu vous rendre à  notre événement  ? Agissez en ligne en cliquant ici.