Actualités

15 06 2017

Deuxième round pour la campagne #COUIC2018 !


En 2016, WELFARM levait le voile sur une pratique inacceptable mais quasi systématique dans les élevages français : la castration à vif des porcelets. Pour sa phase 2, la campagne #COUIC2018 s'attaque aux autres mutilations, tout aussi douloureuses, qui leur sont infligées : la coupe de la queue et le meulage des dents sans anesthésie... 

 

Notre campagne a fait du bruit...

Lancée en mai 2016, la campagne #COUIC2018 visait un objectif clair : mettre fin à la castration à vif des porcelets mâles dans tous les élevages français d’ici 2018. Cette pratique extrêmement douloureuse se fait au scalpel et sans anesthésie, sur des animaux âgés de moins d’une semaine. Et ce, quel que soit le mode d'élevage. Après deux tournées de sensibilisation, une pétition forte de 135 000 signatures et une opération d'affichage dans le métro parisien, le bilan de #COUIC2018 est plutôt positif. Sous la pression du public, la plupart des organismes professionnels ont enfin accepté d'engager le dialogue avec WELFARM au sujet des alternatives non douloureuses à la castration.

... mais la castration à vif n'est que le sommet de l'iceberg !

En 2017, #COUIC2018 remonte sur le ring pour un deuxième round. Car pour les porcelets français, la castration à vif n'est qu'une mutilation parmi d'autres. Une nouvelle vidéo diffusée le 4 mai dernier par le groupement d’associations européennes de protection animale Eurogroup for Animals, montre des animaux se faisant couper la queue et meuler les dents à la chaîne, toujours sans anesthésie. Et ce n’est pas un cas isolé : 90% des porcelets élevés en France subissent ces mutilations sans aucune prise en charge de la douleur. Le but : éviter que les animaux ne mordent la queue de leurs congénères, un comportement dû au stress et à la frustration engendrés par l'environnement des élevages intensifs. Il suffit d'ailleurs d'élever les cochons sur la paille ou en plein air pour faire quasiment disparaître ce genre de comportement. Et éviter ainsi de mutiler les porcelets dès leur naissance.

Queue coupée, dents meulées : faisons interdire toutes les formes de mutilation

Pour mettre un terme à ces pratiques inacceptables, l'Eurogroup lance une nouvelle campagne intitulée End Pig Pain. WELFARM lui emboîte le pas en consacrant la 2e phase de sa campagne #COUIC2018 à la lutte contre la coupe de la queue à vif des porcelets. Rendez-vous des maintenant sur www.couic2018.fr !

Comment agir ?
  1. En écrivant un courrier ou en postant un message sur la page Facebook et Twitter des marques qui, à ce jour, refusent toujours de nous rencontrer : Madrange, Aoste, Raffin et Jambon de Bayonne.
  2. En demandant gratuitement nos flyers sur benevoles@welfarm.fr et en les distribuant à votre entourage.
  3. En signant notre pétition pour dire NON à la mutilation des porcelet