Foie gras et gavage

Campagne gavage foie gras WELFARM
La production de foie gras est le seul mode d‘élevage nécessitant l‘alimentation forcée des animaux. Le gavage est un acte violent qui a des conséquences sur la santé et le bien-être des animaux. C'est pourquoi WELFARM condamne fermement la production et la consommation de produits issus du gavage et œuvre à la recherche d’alternatives.

 

Le gavage consiste à enfoncer un tuyau de 20 à 30 centimètres dans l’œsophage de l'animal pour lui administrer, de force, d’énormes quantités d’aliments. C'est ainsi que l'on obtient un foie gras, autrement dit, un foie hypertrophié atteignant jusqu’à 10 fois sa taille normale. Suite au gavage, les animaux halètent, suffoquent, régurgitent. Ils souffrent de troubles digestifs et de la locomotion. Le taux de mortalité des animaux gavés peut ainsi être 10 fois supérieur à celui des animaux élevés pour leur viande...

Quels sont les produits issus du gavage ?

Les intérêts économiques de la France

Le gavage permet l’obtention de différents produits :

  • Le foie gras
  • Le magret, qui correspond aux muscles pectoraux
  • Le confit, puisque les cuisses sont confites à partir de la graisse de l’animal
    Les autres morceaux de viande sont valorisés dans des rillettes.
  • Les abats peuvent être consommés dans différentes préparations (cœur, gésier…)

Quels sont les animaux concernés ?

canards

En France, 98% de la production de foie gras est issue du gavage des canards et 2% provient du gavage des oies.

Les canards élevés pour le foie gras sont des hybrides stériles obtenus par croisement d’un mâle de Barbarie (Cairina moschata) et une cane commune (Anas platyrhynchos) le plus souvent de la race Pékin. Ils possèdent des dispositions physiologiques à développer un foie gras.

Seuls les canards mâles sont gardés pour la production de foie gras. Les femelles, n’ayant pas de bonnes performances qualitatives et quantitatives, sont quasiment toutes éliminées à la naissance. Chez les oies, mâles et femelles sont élevés.

Une vie courte mais très planifiée

poussins

La production de foie gras se fait en plusieurs étapes. Les poussins naissent dans un couvoir puis sont triés par sexe. À un jour, les canetons mâles sont transportés dans un élevage qui les mènera jusqu‘à la phase de gavage à l’âge de 14 semaines environ, tandis que les femelles sont éliminées dès leur éclosion. L’élevage de canards pour la production de foie gras se divise en 3 phases :

  • De 0 à 4 semaines : phase de démarrage

D’abord élevés en bâtiment, la plupart des canards ont accès à un parcours extérieur à partir de leur 3e semaine. Ils sont nourris à base de céréales distribuées sous forme de miettes ou granulés, à volonté. Durant cette phase, les canards passent de 50 g à 2 kg.

cages collectives gavage
  •  De 4 à 12 semaines : phase de croissance

Les canards vivent le plus souvent sur un parcours enherbé avec abris. Selon les cahiers des charges, les animaux disposent d’une surface de 3 à 5 m² par individu. D’abord nourris à volonté avec des farines ou des granulés à base de céréales, leur alimentation est rationnée à 180 g par jour pour les entraîner à avoir une prise d’aliment très rapide en une fois. Cela va favoriser la dilatation du jabot et de l’œsophage. À la 12e semaine, commence la période de prégavage au cours de laquelle ils reçoivent 20 g de nourriture en plus chaque jour. A 11 semaines, les canards pèseront 4,4 kg.

gavage
  •  12 à 14 semaines : phase de gavage

Les canards sont enfermés dans des cages collectives comptant au minimum 3 individus. Les cages individuelles sont interdites depuis 2016. Les canards sont forcés à ingurgiter deux fois par jour jusqu’à 450 g de nourriture en l’espace de 3 secondes, via un tube enfoncé dans leur œsophage. Les canards prennent 2 kg en 2 semaines pour atteindre en moyenne 6,5 kg à la fin du gavage.

Le gavage est un acte violent incompatible avec le respect de l’animal

gavage

Suite au gavage, les animaux halètent, régurgitent, suffoquent.
Certains souffrent de lésions, voire de perforations de l’œsophage.
Leur foie, hypertrophié, peut atteindre 10 fois sa taille normale, ce qui les empêche de se mouvoir et de respirer convenablement.
Ce n’est pas un hasard si le taux de mortalité des canards élevés pour la production de foie gras est 10 à 20 fois supérieur à ceux élevés pour la viande. Si le processus de gavage se poursuivait, les canards mourraient à très brève échéance.

Le gavage est-il un phénomène naturel ?

gavage

C’est l’argument utilisé par la filière pour justifier de telles pratiques.

Les espèces domestiquées ont conservé les particularités physiologiques de leurs ancêtres migrateurs. Il semble donc que les oies et certaines souches de canards aient ainsi la capacité d’augmenter leur prise alimentaire et de stocker des réserves comme le font les oiseaux migrateurs avant le départ.

Cependant, les quantités spontanément ingérées avant la migration sont sans commune mesure avec celles ingérées de force lors du gavage en élevage : comment les canards pourraient-ils entreprendre une migration s’ils peuvent à peine se déplacer à la fin de la période de gavage ?

Si le gavage pour produire du foie gras était semblable au phénomène naturel, le taux de mortalité serait peu élevé. Or, en période de gavage, il est 10 fois supérieur à la normale !
 

Le foie gras : un produit très français

gavage

La France est de loin le premier pays producteur et consommateur de foie gras au monde.

La production mondiale de foie gras s’élevait à 18 281 tonnes en 2016.

Avec 64% de la production mondiale (soit 11 700 tonnes produites en 2016), la France est le premier producteur de foie gras au monde devant la Hongrie (18%) et la Bulgarie (13%).  

La production de foie gras se concentre principalement dans deux zones :

  • Le Sud-Ouest (Aquitaine, Midi-Pyrénées, Limousin, Auvergne)
  • L’Ouest (Pays de la Loire, Poitou-Charentes, Bretagne).

71% de la consommation mondiale de foie gras se fait en France  

50% des achats ont lieu en décembre.

En 2017, 3,7 millions de canards ont été abattus pour lutter contre les épidémies de grippe aviaire. La production de foie gras a ainsi chuté de 40% depuis 2015.

Que dit la loi ?

gavage

La production de foie gras est interdite dans 12 pays d’Europe mais elle reste tolérée en France. Les textes européens tendent à interdire la production de foie gras et autres produits issus du gavage :

  1. « Les méthodes d’alimentation et les additifs alimentaires qui sont source de lésions, d’angoisse ou de maladie pour les canards [utilisés pour produire du foie gras] ou qui peuvent aboutir au développement de conditions physiques ou physiologiques portant atteinte à leur santé et au bien-être ne doivent pas être autorisés. »  Recommandation européenne du 22 juin 1999, article 26
  2. « Jusqu’à l’obtention de nouveaux résultats scientifiques sur les méthodes alternatives et leurs aspects de bien-être, la production de foie gras ne doit être pratiquée que là où elle existe actuellement, et ce uniquement suivant les normes prévues dans la législation nationale. » (Recommandation européenne du 22 juin 1999, article 24.2) et conditionne cette poursuite à « la recherche de méthodes alternatives n’impliquant pas la prise forcée d’aliments. » (article 24.1) 
  3. « Aucun animal n'est alimenté ou abreuvé de telle sorte qu'il en résulte des souffrances ou des dommages inutiles. » (Directive 98/58/CE du conseil du 20 juillet 1998 concernant la protection des animaux dans les élevages)
  4. C’est donc contre la réglementation européenne que l’Assemblée nationale a fait voter un amendement à la loi d’orientation agricole en 2005 mentionnant que « Le foie gras fait partie d’un patrimoine culturel et gastronomique protégé en France. On entend par foie gras, le foie d’un canard ou d’une oie spécialement engraissé par gavage ».

La pratique du gavage est ici officiellement reconnue en France et érigée comme symbole identitaire, comme ce fut le cas pour la corrida, inscrite au patrimoine culturel immatériel de la France et qui a été retirée par jugement de la Cour d’appel de Paris en 2015.

Pire encore, selon cet amendement, il n’y a pas de foie gras sans gavage : ce qui freine la recherche d’alternatives, et va à l’encontre de la recommandation européenne de 1999

Le foie gras éthique, ça existe ?

gavage

L’appellation « foie gras » ne peut être accordée qu’aux seuls produits issus du gavage. Autrement dit, pas de gavage, pas de foie gras. Or, actuellement, il n’existe pas d’alternative au gavage respectueuse du bien-être des animaux. Qu’il se fasse de manière traditionnelle (à l’aide d’un entonnoir) ou automatisée (avec une pompe pneumatique), le gavage est un acte violent source de souffrances pour l’animal. C’est pourquoi WELFARM recommande de n’acheter aucune sorte de foie gras, pas même ceux portant le Label Rouge puisque les canards sont gavés comme les autres. Le label Biologique quant à lui interdit l’alimentation forcée des animaux.  

Dans le sud de l’Espagne, il existe une production de foie gras d'oie obtenu sans gavage (De Sousa) rendue possible grâce au fait que l’exploitation se situe sur un couloir de migration. Cette alternative demeure une production de niche extrêmement onéreuse, cependant elle devrait pourvoir servir de modèle pour la recherche d'alternatives au gavage en France.

Comment agir ?

gavage

En l’absence d’alternative au gavage, WELFARM vous conseille de boycotter le foie gras et produits issus du gavage (magret, confit). En 2017, nous avons lancé le challenge zéro foie gras aux consommateurs et aux professionnels de la restauration. En savoir plus sur le défi #ZéroFoieGras.