Actualités

1 09 2017

Fête de l’Aïd el-Kébir : pourquoi l'étourdissement doit être obligatoire


Aujourd’hui a lieu la fête de l’Aïd-el-Kébir. Au-delà des problèmes que pose l’abattage de dizaines de milliers d'ovins et de bovins en l'espace d'une journée, l’Aïd soulève la question de l’abattage sans étourdissement préalable des animaux, autorisé en France tout au long de l’année, dans les 2181 abattoirs disposant d'une dérogation.

 

En 2015, 23 179 ovins et 6 069 bovins ont été abattus à l’occasion de la fête de l’Aïd-el-kébir dans des abattoirs agréés par l’État2. Bien qu’une soixantaine de structures temporaires soient, chaque année mises en place le temps de l’Aïd, ce n’est pas suffisant pour éviter les abattages clandestins. Réalisés en dehors de toute structure agréée, les animaux sont manipulés et abattus clandestinement dans des conditions inacceptables. WELFARM rappelle que l‘abattage clandestin est un délit passible de 6 mois d‘emprisonnement et de 15 000€ d‘amende (article L237-2 (I) du Code Rural).  

La saignée sans étourdissement est toujours source de souffrance

Mais au-delà de la fête de l’Aïd, c’est la question de l’abattage des animaux sans étourdissement préalable qui se pose. Pour rappel, étourdir un animal avant de le saigner est obligatoire en France, mais une dérogation est accordée dans le cas de l'abattage halal et casher. Chaque année, 15 % des bovins et 27 % des ovins sont ainsi égorgés en pleine conscience3. Or, même pratiqué dans les meilleures conditions, l'abattage sans étourdissement est source d’une grande souffrance pour l’animal. La section à vif des tissus cutanés, musculaires et vasculaires du cou ainsi que de la trachée et de l’œsophage sur un animal conscient provoque un stimulus douloureux extrême. Dans un rapport publié en 2009, l'Institut National de Recherche Agronomique (INRA)4 estimait que la durée entre le coup de couteau et la mort peut aller de 14 secondes en moyenne pour les ovins à 5 minutes chez certains veaux et, dans les cas extrêmes, à 14 minutes pour les bovins adultes. L'Ordre National des Vétérinaires Français, le syndicat national des vétérinaires d’exercice libéral, la Fédération des Vétérinaires d’Europe et l’Union Professionnelle Vétérinaire Belge (UPV), sont d’accord pour dire que la pratique de l’abattage sans étourdissement préalable est inacceptable.

WELFARM réclame l’interdiction de l'abattage sans étourdissement

L’étourdissement systématique sans dérogation possible est la première et la principale des exigences de WELFARM en ce qui concerne l’abattage : c'est le seul moyen d’éviter aux animaux d’agoniser pendant de longues minutes suite à la saignée. Selon un sondage réalisé en 2013, 85% des Français jugent que l'étourdissement des animaux avant la saignée est nécessaire et 58% estiment qu'il est même primordial5. Bien que les associations de protection animale aient formulé cette demande devant l’Assemblée nationale en avril 2016, elle n'a pas été retenue dans la proposition de loi qui sera prochainement examinée par le Sénat. Nous ne manquerons pas de réaffirmer notre position en septembre, lors des premières réunions du Comité national d’éthique des abattoirs dont WELFARM est membre.

De nombreux pays ont déjà franchi le pas

En nouvelle Zélande, premier exportateur de viande halal au monde, l'étourdissement est obligatoire. D’ailleurs, des pays musulmans comme l'Indonésie, la Malaisie, les Émirats arabes unis et la Jordanie autorisent l'importation et la consommation de viande provenant d'animaux étourdis. En Europe, la Suède, la Norvège, la Suisse, la Slovénie, la Lettonie ou l’Islande ont rendu l’étourdissement obligatoire. Dernière en date, la Wallonie, dont le parlement vient de voter à l'unanimité l’interdiction d'abattre des animaux sans étourdissement préalable à compter du 1er septembre 2019. Pourquoi ce qui est possible chez nos voisins ne le serait-il pas chez nous ?

Que faire si l'on est le témoin d'un abattage illégal ?

Toute personne témoin de la détention ou de l'abattage illégal d'animaux peut contacter la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP) de son département. La liste et les coordonnées sont disponibles sur le site www.economie.gouv.fr/dgccrf/coordonnees-des-DDPP-et-DDCSPP.

 

 

1 et 3 : selon les chiffres livrés par le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, lors de son audition par la Commission d’enquête parlementaire sur les abattoirs en 2016.

2 : Guide pratique de l’Aïd-el-Kébir édité par le Ministère de l’Agriculture.

4: « Douleurs animales : les identifier, les comprendre, les limiter chez les animaux d'élevage », INRA, 2009.

5: sondage IPSOS/Gaia.