Consultation publique en Islande : vers la fin des fermes à sang sur l’île ?

Un projet de loi est en cours d’examen au Parlement islandais1. Son but est simple : modifier la loi islandaise sur la protection animale pour interdire les prélèvements de sang de juments, lorsque ceux-ci visent à extraire ou vendre l’hormone eCG que ces animaux produisent naturellement pendant leur gestation. Une consultation publique ayant été organisée par le Parlement islandais dans le but de recueillir des avis sur le sujet, Welfarm vient d’y participer. Notre association soutient en effet pleinement ce projet : la production d’hormone eCG en Islande doit cesser de toute urgence

Pour justifier cette interdiction, les auteurs de ce projet de loi ont indiqué que ce texte avait été élaboré en raison de la publication d’un documentaire en novembre 2021 et des vives réactions qu’il a suscitées dans le monde entier. « Ces effusions de sang endommagent fortement l’image [de l’Islande] et ont été condamnées dans le monde entier », déplorent-ils. Ils craignent qu’à moins d’interdire cette pratique, « l’image de l’Islande s’en trouve irrévocablement détériorée »2.

Vues plus d’un million de fois sur les reseaux sociaux, les enquêtes revelees par welfarm portent leurs fruits

En novembre, nous avions dévoilé de nouvelles enquêtes tournées par Animal Welfare Foundation et suisse Tierschutzbund Zürich (AWF|TSB). Dans une vidéo, nos organisations y montraient les dessous de cette production sur l’île. Diffusées largement dans les médias3 et relayées dans une vidéo du journaliste Hugo Clément vue plus d’un million de fois sur Instagram et Twitter, ces images ont alerté l’opinion publique et les institutions. 

Le sort qui est réservé aux juments sur l’île est presque aussi accablant que celui des juments élevées pour leur sang en Amérique Latine. En Islande, les juments sont saignées dans des fermes chaque semaine, deux à trois mois par an, dans le but de récupérer leur hormone eCG. Produite naturellement par les juments lorsqu’elles attendent des poulains, cette hormone est ensuite injectée auprès des animaux d’élevage femelles afin de programmer et synchroniser leur période d’ovulation. Très prisée des laboratoires européens, les élevages (hors bio) utilisent fréquemment cette hormone, notamment en France. 

La production d’hormone eCG en Islande : bientôt un lointain souvenir ?

Les souffrances, l’épuisement et le stress que cette pratique cause aux juments doivent cesser de toute urgence. Welfarm demande donc l’arrêt de cette production et des importations d’hormone eCG au sein de l’Union européenne. Des alternatives existent en effet : outre les produits synthétiques d’ores et déjà présents sur le marché européen, les éleveurs et vétérinaires devraient être formés à la l’exécution de mesures zootechniques respectueuses du bien-être animal (par exemple, celles consistant à rassembler des femelles et les placer près des mâles pour stimuler leurs chaleurs, en laissant suffisamment d’espace aux animaux pour leur permettre de se mouvoir).

Tout comme la résolution du Parlement européen du 20 octobre 2021 qui exhortait la Commission européenne à mettre un terme à ce business, Welfarm soutient donc ce projet de loi en Islande. Il s’agit d’un pas supplémentaire qui pourrait mener à la fermeture de ces fermes : ce projet est en droite ligne des annonces des autorités islandaises qui avaient annoncé, une fois ces enquêtes dévoilées, qu’elles mèneraient une enquête sur le sujet. De son côté, le laboratoire MSD-Santé animale-Intervet, qui vend cette hormone notamment en France, avait répondu au journal Libération que ces « dysfonctionnements » pourraient donner lieu à des « mesures correctives »4.

Espérons que notre travail de plaidoyer sera entendu à sa juste mesure par le Parlement islandais. Espérons que nous parviendrons à réduire au silence les tentatives de lobbying des fermes à sang qui ne cessent de défendre une activité des plus lucratives, quoique sanglante…

Soutenez notre action ! Partagez cet article !

 —
1 Frumvarp til laga um breytingu á lögum um velferð dýra, nr. 55/2013 (bann við blóðmerahaldi), 152. löggjafarþing 2021–2022.
2 Exposé des motifs du projet de loi précité.
3 Voir notamment : « En Islande, le calvaire des juments envoyées dans les «fermes à sang », Libération, 21 novembre 2021 ; « Des fermes à sang découvertes en Islande », Chevalmag, 22 novembre 2021 ; « Connaissez-vous les fermes à sang, ces lieux au cœur d’un nouveau scandale où des juments vivent un calvaire ? », Midi Libre, 23 novembre 2021 ; « « Fermes à sang » : l’Islande ouvre une enquête après une vidéo alarmante » ; « Islande : Les « fermes à sang » épinglées dans une vidéo choc », 20 minutes, 23 novembre 2021 ; les vidéos de Loopsider sur Facebook et Twitter ; « Les fermes à sang: des juments saignées pour leurs hormones », Natura Sciences, 29 novembre 2021 ; « La vie des juments allaitantes dans l’horreur des fermes à sang en Islande », ConsoGlobe, 23 novembre 2021 ; « Des “fermes de sang” torturent et mutilent des milliers de juments pour le compte des laboratoires », Daily Geek Show, 26 novembre 2021 ; « Les puces », Charlie Hebdo, 1er décembre 2021.
4 « En Islande, le calvaire des juments envoyées dans les « fermes à sang », Libération, 21 novembre 2021.