Actualités

18 11 2016

#VIEDEDINDE: WELFARM en campagne contre l'élevage intensif des dindes


Aujourd’hui en France, 97% des dindes sont entassées dans des bâtiments, sans aucun accès à l’extérieur. Face à l’indifférence exprimée à l’égard de ces animaux, WELFARM lance sa nouvelle campagne #VieDeDinde.

 

Une absence de réglementation qui autorise toutes les dérives

Deuxième volaille la plus consommée en France, la dinde n’est pourtant protégée par aucune réglementation spécifique. Ainsi, c’est en toute légalité que 97% des dindes sont confinées en densité élevée dans des bâtiments souvent très faiblement éclairés. La litière sur laquelle repose ses animaux n’est pas changée avant leur départ à l’abattoir si bien qu’elle devient rapidement sale et humide. L’air, chargé d’ammoniac, engendre des problèmes respiratoires parfois important.

→ Ces conditions de détention ont de multiples incidences sur les dindes qui souffrent de stress, de frustrations comportementales, de blessures, ainsi que de problèmes locomoteurs.

Le choix de souches lourdes préjudiciable à la santé des dindes

Afin qu’elles grossissent de manière très rapide, les dindes d’élevage sont issues de souches médium ou lourdes. En 4 mois, ces animaux sélectionnés pour produire de la viande atteignent 11 kilos alors que leur cousin sauvage n‘en pesait que 3,5.

→ Cette prise de poids extrêmement rapide n’est pas sans conséquence ; ces dindes sont prédisposées aux boiteries et nombre d’entre elles ont des difficultés à se déplacer.

Des animaux mutilés pour les conformer aux conditions d’élevage

Les dindes subissent des mutilations douloureuses afin de limiter les blessures qu’elles s’infligent entre elles en raison de leurs mauvaises conditions de vie. Ainsi, la majorité des dindes sont épointées et certaines sont dégriffées.

Une reproduction naturelle impossible

En raison de leur poids et de leur morphologie, ces dindes ne peuvent se reproduire naturellement. Les mâles reproducteurs sont donc « massés » pour récolter leur sperme et les femelles inséminées chaque semaine. Ces multiples manipulations sont sources de stress et peuvent occasionner des blessures. Les reproducteurs souffrent en outre du rationnement alimentaire qui leur est imposé pour limiter leur prise de poids. Enfin, les femelles sont empéchées de couver par diverses techniques (nids éjecteurs, déplacements forcés…).

 

WELFARM en campagne

Débutée mi-novembre 2016, la campagne #VieDeDinde s’attache à dénoncer les conditions d’élevage et les pratiques dont sont victimes 97% des dindes en France. WELFARM mobilisera les internautes grâce à une campagne sur les réseaux sociaux et ira à la rencontre des consommateurs dans une quinzaine de grandes villes françaises.

WELFARM demande à ce qu’une réglementation contraignante soit adoptée au plus vite pour protéger les dindes d’élevage. L‘association souhaite en particulier une limitation de la densité, l’accès à un parcours extérieur et l’utilisation de souches à croissance lente.

→ Vous pouvez soutenir notre demande en signant la pétition destinée au ministre de l’Agriculture sur viededinde.fr

En outre, WELFARM demande aux consommateurs de privilégier l’achat de produits issus des 3% d’élevages plus respectueux des dindes, reconnaissables aux mentions fermières Label Rouge ou Biologique. L’association appelle également les consommateurs à modérer leur consommation de produits d’origine animale.

→ Vous pouvez diffuser cette information autour de vous et commander gratuitement notre kit militant composé de l’affiche de campagne et de flyers en contactant le Département Campagnes au 03 87 36 46 05 ou par mail à benevoles@welfarm.fr

Plus d’informations sur l’élevage de dindes en France et sur la campagne #VieDeDinde sur www.viededinde.fr